/ / Quel est la place de papa dans la grossesse et l’accouchement ?

Quel est la place de papa dans la grossesse et l’accouchement ?

Au fil de mes expériences, patientes après patientes, j’ai pu discerner quelques mécanismes inhérents au couple selon la période.

Pendant la grossesse et surtout lors de l’accouchement, la femme se retrouve dans une période où ses repères vont être totalement modifiés. Elle se sentira beaucoup plus fragiles, vulnérables, à fleur de peau.

Elle devra faire un vrai travail sur elle-même même afin d’accepter les changements qui s opèrent en elle (prise de poids, ventre qui s’arrondit…) mais qui vont aussi s’opérer dans l’avenir (se projeter avec un bébé, s’organiser dans sa vie future, passer d’une vie en duo a une vie au pluriel).

Toutes ces remises en question troublant la « paix » intérieure de leur compagne, les hommes devront redoubler de présence, de douceur mais aussi de patience afin de leur permettre de se poser et de trouver un bel équilibre.

La naissance d’un enfant, c’est aussi la naissance d’une mère. Toute l’expérience intense de la naissance, lorsqu’elle est respectée, bien accompagnée, est l’occasion pour la mère de prendre confiance en elle.

Des hormones vont être sécrétées lors de l’accouchement :

  • L’ocytocine : l’hormone de l’amour, permettent la venue des contractions de l’utérus, l’expulsion du bébé et aussi l’éjection⠀du lait maternel. c’est aussi l’hormone du plaisir. L’emballement de l’ocytocine pourrait mettre en difficulté la maman et aussi le bébé.

Une autre hormone intervient alors :

  • L’endorphine : beaucoup plus paisible, elle a un effet apaisant. Elle apparaît toujours après la sécrétion d’ocytocine. C’est pour cela qu’on dort si bien après avoir fait l’amour, ou qu’on a sommeil en allaitant son bébé.

Cet hormone a également un effet antalgique. Elle aide donc à supporter l’intensité des contractions. Tout d’abord, il est possible de continuer à allaiter en travaillant, il y a plusieurs possibilités : tirer son lait au travail si cela est possible, proposer du lait artificiel au bébé lorsque vous êtes au travail et l’allaiter de façon exclusive le soir et les jours où vous ne travaillez pas.

En effet le bébé est une véritable éponge émotionnelle, il ressent exactement ce que la maman ressent, il sait … Sauf que lui, il entend le cœur de sa maman et non pas son mental agité…

Un cocktail magique est ainsi fabriqué par le corps afin de permettre à la femme de vivre au mieux cette naissance. Elle a besoin de rien… Ni de personne, et même pas besoin de son cerveau en entier pour le fabriquer.

Lors de l’accouchement elle devra ressentir ce qui se passe dans son corps, sans avoir à y réfléchir. Il est compréhensible d’avoir des moments de panique ! Cependant, le plus souvent, ce dont la femme aura le plus besoin, à ce moment là, est qu’on lui (re)donne de la confiance.

Le pire ennemi de l’accouchement c’est la peur. Au moment de la naissance, la douleur fait peur, se retrouver dans un lieu inconnu fait peur, devoir confier sa vie et celle de son enfant à des inconnus fait peur, s’autoriser à se déconnecter de la partie contrôlante de son cerveau fait peur… autant de raisons justifiant la présence d’une personne rassurante, enveloppante, sécurisante, réconfortante et patiente autour de la maman.


Le père aura un rôle de pilier pour la maman à ce moment de la naissance. Plus il sera vraiment présent, plus la maman pourra se blottir dans sa bulle et se concentrer sur la seule chose importante: l’accueil de ses contractions et le lâcher-prise. La rassurer, la masser, la faire rire, l’envelopper d’amour et de tendresse, l’aider à prendre des positions antalgiques, la protéger des nuisances extérieures seront des éléments importants afin de permettre une naissance idéale. Inutile de se demander quoi faire : le père devra juste AIMER sa femme dans ce moment fort.

A lire également